Le psychiatre: définition

Si l'on devait le résumer en une phrase simple, le psychiatre se distingue du psychologue par le fait qu’il  « peut prescrire des médicaments ».

A la différence du psychologue, qui a fait des études de psychologie, le psychiatre a réalisé des études de médecine et, lors de celles-ci, s’est spécialisé en psychiatrie. Il est donc médecin-psychiatre, et c’est pour cette raison qu’on peut trouver sur sa plaque, ses ordonnances ou cartes de visite la mention « docteur ».

 

 

 

La première consultation:

 

Comme le psychiatre est également psychothérapeute, il peut aussi vous recevoir dans le cadre d’une thérapie ou d’une psychothérapie (et, dans ce cas, il ne prescrira pas forcément de médicament). En revanche,  s’il vous reçoit en tant que psychiatre, il sera plus enclin à soigner vos troubles en vous proposant un traitement médicamenteux. Mais à condition, bien sûr, qu’il ait considéré que votre état nécessitait une ordonnance, car le fait que la prescription médicamenteuse soit son principal moyen d’action ne signifie pas pour autant que son approche se résume à poser de façon automatique cet acte médical-ci, alors que d’autres alternatives seraient possibles. Cette peur de ressortir nécessairement avec un traitement peut être à la base de réticences à venir consulter, ce qui est dommageable pour ceux qui supportent depuis déjà un certain temps des souffrances plus ou moins larvées, qui parasitent leur quotidien. 

Donc rassurez-vous, vous ne ressortirez pas nécessairement de la consultation avec un traitement, surtout si vous informez votre psychiatre que vous préféreriez éviter ceci dans la mesure du possible : normalement, cela fait partie de son rôle que de pouvoir l’entendre (et si ce n’est pas le cas, vous pouvez en changer !). Il s’agit donc avant tout d’une première rencontre.

Lors de cette rencontre, plutôt que de prescrire un traitement, le psychiatre pourra éventuellement juger plus adapté de vous suivre en tant que psychothérapeute, ou de vous adresser à un de ses collègues.

 

Ces collègues peuvent êtres :

 

- des psychologues-psychothérapeutes exerçant en libéral,

 

- d’autres médecins que le médecin-psychiatre, comme les médecins de services généraux ou plus spécialisés, comme, entre autres, neurologues, sexologues, etc., pour des cas plus particuliers, où il y aurait suspicion que les difficultés psychiques aient une origine somatique (dépression pour cause d’hypo-thyroïdie, par exemple),

 

- ou ces collègues peuvent être aussi des membres d’organismes comme, par exemple, les Centres Médico-Psychologiques (dans ces centres les patients peuvent rencontrer, selon les besoins, psychiatres, psychologues, infirmiers, éducateurs ou assistant sociaux, et ces centres peuvent aussi être indiqués pour les personnes qui n’ont pas les moyens de rencontrer un psychologue en libéral, car celui-ci n’étant pas médecin, ses séances ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale),

 

- etc.

 

 

 

Si vous avez besoin de plus d'informations, vous pourrez trouver dans ce blog sur le psychiatre deux rubriques:

 

La première, Type de consultation possible chez le psychiatre, explique les différentes façons dont un psychiatre peut mener ses entretiens. Savoir qu'il existe différentes pratiques permet de ne pas faire de généralités à partir de ce que vous avez déjà pu éventuellement expérimenter: chaque psychiatre a sa façon de travailler.

 

La seconde partie, Type de consultation possible chez le psychiatre: exemple, s'adresse à ceux ou celles qui hésiteraient entre voir un psychiatre ou un psychologue.