Définition: Le psychologue et le psychothérapeute

Le psychologue ne prescrit  pas de médicament, car il n’est pas médecin, comme il est expliqué plus en détail dans la partie "Le psychiatre", qui traite des différences et de la complémentarité entre le traitement par la parole (approche psychothérapique) et le traitement par prescription médicamenteuse (approche psychiatrique). Imaginons maintenant que vous ayez déjà opté pour voir un psychologue, reste à savoir pour quel type de thérapie ou psychothérapie.  

 

Premièrement, il faut savoir qu’un psychologue n’est pas forcément thérapeute/ psychothérapeute. La thérapie est un traitement, une façon de guérir ou de prévenir une maladie. Et la psychothérapie est, parmi les types de thérapies existantes, celle qui agit par des moyens psychologiques sur diverses souffrances d’ordre psychologiques. C'est pourquoi le psychologue n’est pas nécessairement psychothérapeute : on peut étudier la psychologie dans un autre but que celui de soigner, car il existe des domaines de la psychologie qui ne sont pas directement en rapport avec les soins.

 

Pour être plus clair, voici des exemples : si un psychologue étudie l’influence de messages écrits ou verbaux, des couleurs ou des images subliminales sur des consommateurs, dans le but d’augmenter l’efficacité d’une publicité, il ne se place pas dans une démarche thérapeutique, car renforcer l'efficacité psychologique de la publicité ce ne relève pas du soin (cette démarche peut relever, par exemple, de la psychologie sociale: on parlera alors de "consommateur" ou de "client" et non de "patient"). Il en va de même pour le psychologue qui fait passer des tests de personnalité pour un entretien d’embauche (psychométrie), ou des tests psychotechniques pour une récupération de permis de conduire, ou pour le psychologue qui fait de la recherche, qui, par exemple, étudie les apprentissages afin d’améliorer les programmes scolaires, les méthodes d’enseignement (de la lecture et de l’écriture, etc.: psychologie cognitive).

 

Il existe donc des psychologues qui ne font pas de psychothérapie et, souvent, ceux qui en font se sont spécialisés, lors de leurs études, en psychologie clinique ou en psychopathologie. Selon la spécialisation choisie, le métier de psychologue est donc très différent. Les articles du blog décrivant les thérapies cognitivo-comportementales et les psychothérapies d'inspiration psychanalytique sont donc consacrées à ce travail (psycho)-thérapeutique en particulier.

 

Comme il existe de nombreuses formes de psychothérapies, et que certaines sont moins répandues que d'autres,  ce site ne présente que les deux courants dominants en France : les thérapies cognitives et comportementales d'une part, la psychanalyse et les psychothérapies d'inspiration psychanalytique de l'autre. D'autres techniques ne sont pas mentionnées alors qu'elles sont en train de gagner ou regagner du terrain, comme c'est le cas notamment pour l'hypnose ou l'EMDR.

 

Si certains veulent en savoir plus sur encore d'autres formes de psychothérapie possible, ils pourront retrouver ces approches détaillées dans le livre de S. Ionescu "14 approches de la psychopathologie".

 

Mais sachez qu'il n'est pas non plus nécessaire de tout savoir avant de s'engager, d'une part parce que l'on ne peut vraiment savoir si une psychothérapie nous correspond qu'en l'essayant, d'autre part, parce qu'il n'est pas demandé aux futurs patients d'avoir des connaissances préalables avant d'entamer une psychothérapie, qui s'adresse à tous ceux qui en auraient besoin, quelques soient leurs connaissances préalables. D'autant plus que plusieurs études tendent à démontrer que ce qui est vraiment déterminant dans la réussite d'une psychothérapie n'est pas la technique employée mais la relation de confiance qui s'est instaurée entre le patient et le thérapeute (on appelle cela "l'alliance thérapeutique": un peu comme dans la vraie vie, chacun ayant sa propre personnalité, on ne peut s'entendre avec tout le monde, donc tel patient pourra ne pas accrocher avec tel psychologue qui avait pourtant convenu à l'ami qui le lui avait conseillé).

 

L'information peut être effectivement un des éléments qui favorisent le mieux-être, notamment lorsqu'un individu a des difficultés à trouver le type de (psycho)thérapie qui lui correspond, alors qu'il en a déjà essayé plusieurs (d'où la création de ce site). Mais il n'empêche que le psychologue, le psychiatre et le psychothérapeute doivent être en mesure de s'adapter aux demandes, afin de proposer aux patients un cadre qui leur correspond. Et, une fois qu'il s'est assuré que le patient a compris dans quel cadre il s'est engagé, le psychologue, s'il est d'inspiration psychanalytique, peut minimiser les informations qu'il donne, afin d'adopter une position plus neutre que celle d'un enseignant, une position qui permet d'aider le patient à trouver ses propres réponses sans se positionner en directeur de conscience.

Autres articles:

Pour savoir si les consultations chez le psychologue sont remboursées par la sécurité sociale ou prises en charge par la mutuelle, ou comment consulter un psychologue gratuit, cliquez-ici.

 

Pour savoir qu'est-ce qu'une psychothérapie d'inspiration psychanalytique, cliquez-ici.